À quoi servent les vitamines B?

Parmi les « familles » de vitamines, le groupe B est le plus nombreux. Il combine des substances biologiquement actives hydrosolubles avec de l’azote dans sa composition. Chacune des vitamines de ce groupe joue un rôle dans le corps, mais toutes sont en quelque sorte liées à la régulation du métabolisme énergétique et à l’activité du système nerveux.

Comprendre la variété des vitamines B est simple, car elles sont toutes numérotées. Certes, vous pouvez remarquer cela dans une série séquentielle de vitamines – B1, B2, B3, etc. Il n’y a pas de numéros séparés.  

Il n’y a que huit vitamines dans le groupe B.

B1: thiamine

La thiamine, la première des vitamines B. Elle favorise la conversion des glucides en énergie et l’absorption des protéines. On l’appelle parfois la «vitamine de la bonne humeur», car elle est impliquée dans la production d’acétylcholine, un neurotransmetteur impliqué dans la transmission des impulsions dans différentes parties du cerveau. Cette substance a non seulement un effet positif sur l’état psycho-émotionnel et les capacités intellectuelles, mais soutient également le tonus des muscles des organes internes, y compris du cœur.

Les céréales, le son, les légumineuses, la levure, certains fruits (abricots, par exemple), les noix (noix et amandes) et les légumes (carottes, radis, betteraves, pommes de terre, choux, épinards) peuvent devenir une source de vitamine B1. De plus, la thiamine – quoique en quantités relativement faibles – se trouve dans le lait et les œufs.

B2: riboflavine

Cette vitamine est également impliquée dans les processus métaboliques. Il contrôle le travail des neurotransmetteurs, stimule la maturation des globules rouges, régule la production d’hormones par les glandes surrénales et la thyroïde. De plus, la riboflavine assure des fonctions visuelles (en particulier protège la rétine des rayons ultraviolets) et est responsable de l’état de la peau et des muqueuses.

La vitamine B2 se trouve dans les produits d’origine végétale (pois verts, tomates, chou, levrette, sarrasin et avoine, riz) et d’origine animale (foie, rognons, œufs, lait). Les champignons et le pain blanc peuvent également être une source de riboflavine. Gardez à l’esprit que ce composé est détruit sous l’influence des rayons ultraviolets, ainsi que pendant la décongélation. Cependant, pendant la cuisson, on ne perd généralement pas plus de 20% de la vitamine.

B3 (PP): acide nicotinique

La niacine, ou la niacine, est impliquée dans de nombreuses réactions oxydatives qui se produisent dans les cellules vivantes. Cette vitamine aide à libérer l’énergie des nutriments et participe également à la synthèse des protéines et des graisses. Le nombre total de réactions impliquant de l’acide nicotinique est supérieur à cinquante. La vitamine B3 est importante pour presque tous les systèmes de l’organisme nerveux (soutient le cerveau), endocrinien (régule la production des hormones sexuelles, de l’insuline et de la cortisone), cardiovasculaire (augmente la pression veineuse et abaisse la pression artérielle), circulatoire (stimule la synthèse de l’hémoglobine et la production de globules rouges) .

La plupart de l’acide nicotinique se trouve dans les aliments d’origine animale: foie, rognons, viande, poisson et œufs. Cependant, il est présent dans certains légumes et herbes: persil, asperges, carottes, chou, poivron, ainsi que dans les champignons et les céréales. C’est la plus «tolérante» à la cuisson des vitamines – lors de la transformation des produits, elle ne se décompose pratiquement pas.

B5: panthénol

Le rôle principal de cette vitamine est la libération d’énergie par les nutriments, en particulier la dégradation des glucides et des graisses, la formation de cholestérol. Il est également important pour le fonctionnement normal du système nerveux (participe à la production du neurotransmetteur acétylcholine), du système immunitaire (régule la synthèse des anticorps), du système endocrinien (contrôle la production de cortisone – une hormone qui détermine la réponse de l’organisme au stress), ainsi que du système circulatoire (participe à la synthèse de l’hémoglobine). )

Le panthénol est présent dans de nombreux produits: noisettes, pois, ail, sarrasin et avoine, jaunes d’œufs, caviar de poisson, ainsi que dans les reins et le cœur. Lorsque chauffée, la vitamine B5 est facilement détruite.

B6: pyridoxine

La pyridoxine, ainsi que le pyridoxal et la pyridoxamine (ces substances sont collectivement appelées «vitamine B6»), sont nécessaires à l’organisme dans le processus de métabolisme des glucides, ainsi que dans la synthèse de l’hémoglobine et des acides gras. Ils régulent la production de globules rouges et d’anticorps dans le sang, contrôlent l’action d’environ 60 enzymes et affectent également le système nerveux en participant à la production de sérotonine, de dopamine et de noradrénaline, les plus importants neurotransmetteurs qui affectent l’humeur et l’intelligence.

La vitamine B6 se trouve dans les noix (noix et noisettes), les légumes (chou, pommes de terre, carottes, chou), les baies (fraises et cerises), les agrumes (oranges et citrons). Il en contient beaucoup dans les produits laitiers, les œufs, le foie et le poisson. La pyridoxine résiste à la chaleur mais est facilement détruite à la lumière.

B7 (H): biotine

Cette vitamine est impliquée dans le métabolisme des protéines et des graisses, ainsi que dans le métabolisme des sucres. De plus, c’est une source de soufre, nécessaire à la synthèse du collagène – le matériau principal pour la construction du tissu conjonctif.

Les plus grandes quantités de biotine se trouvent dans le foie, les reins, le chou-fleur, les noix, les arachides et le soja. En petits volumes, il est présent dans les tomates, les épinards et les champignons. De plus, l’intestin d’une personne en bonne santé est capable de synthétiser lui-même la vitamine B7.

B9 (BC, M): acide folique

L’acide folique est appelé vitamine des femmes enceintes: cette substance est extrêmement importante pour la production d’ARN et d’ADN, et donc pour la croissance et la division des cellules. En outre, ce composé est impliqué dans le métabolisme des protéines, la synthèse des globules rouges et des globules blancs, affecte la production de dopamine et de sérotonine. Ces deux neurotransmetteurs jouent d’ailleurs également un rôle dans le développement de l’embryon: ils sont nécessaires à la formation de la moelle épinière et du cerveau, ainsi que du squelette.

Les haricots, haricots, lentilles, pommes de terre, tomates, bananes, avocats, levures de boulangerie et de bière sont les plus riches en acide folique. Cette substance est également contenue dans le miel. La vitamine B9 n’est pas suffisante dans les produits d’origine animale, elle est présente uniquement dans le jaune d’oeuf. L’intestin humain peut synthétiser de l’acide folique et le foie peut accumuler ses réserves pendant plusieurs mois.

B12: cyanocobalamine

Cette vitamine est nécessaire au métabolisme et avec son aide, certaines graisses et acides aminés sont absorbés. Le système nerveux a besoin de vitamine B12 pour former la myéline, la gaine protectrice des fibres nerveuses. De plus, la vitamine B12 a un effet bénéfique sur le foie, réduisant le cholestérol sanguin.

La cyanocobalamine ne se trouve que dans les produits d’origine animale: foie, jaune d’oeuf, produits laitiers. La seule exception est le chou marin. La vitamine B12 résiste au traitement thermique, mais est détruite par le contact avec de l’eau et du jus de viande.

Comme vous pouvez le constater, dans la grande « famille » de vitamines B, il n’ya pas un seul superflu: chacune d’elles affecte la capacité de notre corps à fonctionner correctement, à s’amuser et à vivre.

Tous droits réservés 2020 © Domaine Frontenac 

Retour haut de page